Transport des matières radioactives

Pourquoi le transport sécuritaire est-il important pour l’industrie nucléaire?

Les installations nucléaires canadiennes figurent au nombre des plus sûres – et des mieux protégées – à l’échelle mondiale. C’est pourquoi aucun décès n’a jamais été causé par l’exposition au rayonnement attribuable à une centrale nucléaire ou à une installation de stockage canadienne. C’est aussi pourquoi il n’y a jamais eu la moindre atteinte à la sécurité sur le site des installations nucléaires canadiennes.

Les meilleurs endroits pour extraire l’uranium se trouvent à des milliers de kilomètres des centrales et des laboratoires de recherche nucléaire. En outre, on utilise des dispositifs nucléaires en médecine et dans l’industrie partout dans le monde. Il faut par conséquent expédier des matières radioactives par transport aérien, ferroviaire, maritime ou routier. Et l’industrie a une responsabilité particulière de vous protéger.

Spent-fuel-transport-cask
Chargement d’un colis de type B sur un quai. Source : Nuclear Fuel Transport Co. Ltd.

Comment le Canada transporte-t-il les matières radioactives?

Le Canada transporte d’énormes quantités de matières radioactives de façon sécuritaire depuis les années 1930. L’industrie a élaboré ses mesures de sûreté à la lumière des leçons tirées de l’expérience et le gouvernement a établi des règles strictes pour maintenir ces mesures en place.

Ces mesures de sûreté consistent notamment à s’assurer que :

  • les véhicules et les conteneurs sont conçus dans une optique de sûreté – dans des conditions extrêmes en cas de besoin;
  • les personnes qui manutentionnent les matières radioactives sont protégées et formées comme il se doit;
  • toutes les matières font l’objet d’un suivi et sont comptabilisées.

Comme aucun système de sécurité n’est plus solide que son maillon le plus faible, ces mesures s’appliquent au cycle du combustible dans son ensemble – depuis l’extraction de l’uranium jusqu’au stockage à long terme en passant par le traitement et l’utilisation. Elles s’appliquent dans les secteurs de la production d’électricité, de la recherche et de la médecine de même qu’au sein de l’industrie.

Les mesures nécessaires pour manutentionner les matières nucléaires de façon sûre varient en fonction du risque. Par exemple, il est facile de confiner et de nettoyer le minerai d’uranium extrait des mines et la poudre de yellowcake utilisée dans le cadre du traitement de l’uranium. On peut donc les expédier dans des conteneurs ordinaires. Toutefois, les matières de plus haute activité requièrent des colis spéciaux.

Colis de type A

Les matières de moyenne activité, par exemple les radio-isotopes médicaux ou industriels, sont expédiés dans des colis conçus pour résister à des accidents mineurs.

Colis de type B

Le combustible irradié et les déchets de haute activité sont expédiés dans des châteaux blindés robustes et très sécuritaires. Ces conteneurs sont soumis à des essais rigoureux devant faire la preuve qu’ils peuvent résister à des conditions extrêmes.

Package-tests
Source : U.S. NRC.

Colis de type C

De petites quantités de matières de haute activité, par exemple le plutonium, sont transportées par avion dans des colis de type C, qui peuvent résister à une chute à partir d’un appareil volant à une altitude de croisière.

Qui s’assure que le transport des matières radioactives est sécuritaire?

Deux organisations fédérales, soit Transports Canada et la Commission canadienne de sûreté nucléaire, ont la responsabilité conjointe d’assurer que le transport des matières nucléaires se fait de façon sécuritaire. Elles établissent les règles qui protègent la santé publique et l’environnement contre les fuites et les déversements éventuels.

Des normes internationales s’appliquent également dans le domaine. Le Canada a adopté la réglementation de l’Agence internationale de l’énergie atomique régissant l’emballage et le transport des matières radioactives. En outre, l’industrie collabore avec le World Nuclear Transport Institute et l’Association internationale du transport aérien pour s’assurer que le Canada demeure un chef de file du transport sécuritaire des matières nucléaires.

Sources : 

Association nucléaire canadienne, https://cna.ca/fr/.