Détecteurs de fumée

Aujourd’hui, la plupart des foyers d’Amérique du Nord sont dotés d’un ou de plusieurs détecteurs de fumée. Ces appareils ne coûtent pas cher et, en raison de leur sensibilité à la fumée (qui peut être synonyme de feu), on les considère souvent comme un dispositif pouvant sauver des vies.

La technologie nucléaire et les détecteurs de fumée

smoke detector
Détecteur de fumée.

De nombreuses résidences, entreprises et usines sont munies de détecteurs de fumée qui déclenchent une alarme bien avant que la fumée soit assez épaisse pour asphyxier les occupants ou qu’un feu couvant se transforme en brasier.

En outre, le détecteur donne l’alarme longtemps avant qu’il soit possible de détecter une hausse de température provoquée par la chaleur d’un incendie. En effet, les détecteurs de fumée peuvent déceler la présence de gaz de combustion même à partir d’une petite flamme nue ou d’un feu couvant.

Il existe deux types de détecteurs de fumée : les détecteurs photoélectriques et les détecteurs à ionisation.

Détecteurs photoélectriques

Dans un détecteur photoélectrique, une petite source lumineuse éclaire une chambre de détection obscure comportant une cellule photoélectrique qui convertit la lumière en un faible courant électrique. La source lumineuse et la cellule sont disposées de façon que la lumière ne frappe habituellement pas la cellule. Lorsque des particules de fumée pénètrent dans la chambre de détection, elles font dévier le faisceau lumineux qui vient heurter la cellule, entraînant ainsi une hausse de tension électrique, ce qui déclenche l’alarme.

Comme un feu qui couve produit une grande quantité de grosses particules de fumée, les détecteurs photoélectriques réagissent en pareil cas un peu plus vite que les détecteurs à ionisation.

Détecteurs à ionisation

Un détecteur à ionisation utilise de petites quantités de matière radioactive afin que l’air contenu dans une chambre de détection conduise l’électricité. Lorsque les particules de fumée ou les gaz de combustion pénètrent dans la chambre de détection, ils perturbent la conduction d’électricité. C’est la baisse du courant qui déclenche l’alarme.

Comme les détecteurs à ionisation peuvent même déceler les gaz de combustion invisibles produits par une flamme nue, ils réagissent plus rapidement en pareil cas que les détecteurs photoélectriques.

Un type de détecteur est-il plus efficace que l’autre?

Le temps de réponse du détecteur varie légèrement selon la nature du feu et la couleur de la fumée. Cependant, ces différences sont minimes en ce qui a trait au temps dont disposent les occupants pour réagir une fois l’alarme déclenchée. Tous les détecteurs doivent être testés et leur utilisation doit être approuvée par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC). Ils doivent aussi porter un timbre d’approbation ULC.

Comme ils sont beaucoup plus faciles à fabriquer que les détecteurs photoélectriques, les détecteurs à ionisation coûtent bien moins cher et leur usage est donc plus répandu.

Quelle matière radioactive utilise-t-on dans un détecteur de fumée?

Habituellement, la source de rayonnement utilisée dans les détecteurs de fumée à ionisation est une infime quantité de métal radioactif, soit l’américium 241, que l’on insère entre deux couches de métal non radioactif pour former un petit « sandwich » compact mesurant moins de la moitié d’une pièce de 10 cents.

Schéma d’un détecteur de fumée.

Les détecteurs à ionisation émettent-ils du rayonnement?

Le rayonnement de très faible activité mesuré à proximité des détecteurs de fumée domestiques approuvés est dans tous les cas inférieur au maximum permis pour certains autres produits de consommation émetteurs de rayonnement comme les téléviseurs couleur. La revue Consumer Reports a mesuré le rayonnement à l’aide d’un radiomètre et, même de très près, les enquêteurs n’ont pu détecter de rayons dépassant le rayonnement naturel auquel nous sommes tous exposés en provenance du sol, des matériaux de construction et de l’espace. On estime que la dose moyenne annuelle de rayonnement reçue d’un détecteur à ionisation est environ 10 000 fois inférieure à celle attribuable au rayonnement naturel.

Comment se débarrasser des vieux détecteurs à ionisation?

Selon une étude internationale menée par des spécialistes en radioprotection, les détecteurs de fumée domestiques ne poseraient aucun risque pour la santé et la sécurité du public ou des éboueurs s’ils étaient jetés au rebut. Par conséquent, aucune attention spéciale n’est requise pour se débarrasser des vieux détecteurs de fumée. On peut sans danger les jeter avec les ordures ménagères.

Sources :

Association nucléaire canadienne, La technologie nucléaire et les détecteurs de fuméehttp://teachnuclear.ca/wp-content/uploads/2013/05/Techno-smokeDetector-FR.pdf.
United States Environmental Protection Agency, Ionization Technology, http://www.epa.gov/radiation/sources/smoke_ion.html.
Société nucléaire canadienne, Smoke detectors and americium-41 fact sheet, http://media.cns-snc.ca/pdf_doc/ecc/smoke_am241.pdf.