Demande d’énergie dans le monde

Au début d’octobre 2007, la première chaîne radio de CBC a diffusé un entretien avec un Canadien qui vit maintenant au Ghana. Installé dans l’une des plus grandes villes de ce pays d’Afrique, il a expliqué à quel point l’alimentation électrique intermittente rendait difficile l’exploitation de sa boulangerie. Le fait est que plus du tiers de l’humanité n’a pas accès à l’électricité et que plus de la moitié n’a pas accès à une alimentation électrique fiable et à prix abordable de façon régulière. Nombre de ces personnes n’ont jamais regardé la télévision, joué à un jeu vidéo, voire fait un appel téléphonique.

Satellite image of the earth at night
Image satellite de la Terre la nuit.

L’image de gauche se compose d’une série d’images satellitaires de la Terre la nuit réunies en une mosaïque par la NASA. Les zones claires montrent les lumières des villes sur la planète. Ce qu’il faut noter, ce sont les importantes zones du globe où les lumières sont absentes. Certaines régions sont plongées dans le noir parce que peu de gens y vivent, mais d’autres se trouvent dans l’obscurité parce que les gens n’ont tout simplement pas l’électricité. L’Amérique du Nord, qui abrite moins de 15 % de la population mondiale, consomme pourtant plus de 30 % de l’électricité mondiale. En moyenne, vous consommez 15 fois plus d’électricité qu’une personne vivant dans un pays en développement.

D’ici le milieu du xxie siècle, la population mondiale est censée augmenter d’environ 2,5 milliards d’habitants par rapport à son niveau actuel de 6,9 milliards. Comme la plus grande partie de cette augmentation sera concentrée dans les pays en développement avides d’énergie, la demande énergétique croîtra encore plus rapidement. En effet, bien que les économies modernes soient fort dépendantes d’une offre énergétique fiable et à prix abordable, près de 2 milliards de gens n’ont pas encore accès à l’électricité dans leur vie quotidienne. Et les pays en développement n’accepteront vraisemblablement pas que l’on limite la forme ou la quantité d’énergie qu’ils consomment avant d’avoir atteint un niveau de vie acceptable comparable à celui d’autres pays. Cela signifie que la demande internationale de sources d’énergie fiables est appelée à augmenter dans un avenir prévisible. Cela signifie que la demande internationale de sources d’énergie fiables augmentera dans un avenir prévisible.

world consumption of primary energy
Consommation mondiale d’énergie primaire – 1987-2012 (en millions de tonnes d’équivalent pétrole par an).

Nous habitons tous sur la même planète et à ce titre nous avons tous la responsabilité morale d’atténuer les répercussions environnementales de notre activité tant sur le front de la pollution que de la production de gaz à effet de serre – mais qu’en est-il des pays en développement? Leurs habitants aspirent à la même qualité de vie que nous et y ont droit, mais comment pourra‑t‑on satisfaire les besoins en énergie de 3 milliards de personnes supplémentaires sans peser davantage sur l’environnement? Leur nierons‑nous le droit à la télévision, à un ordinateur, à des appareils d’éclairage ou à un réfrigérateur pour la simple raison que leur consommation d’énergie contribuera au réchauffement planétaire? Pensez‑vous qu’il est moralement défendable de refuser aux habitants du monde en développement une meilleure qualité de vie et pensez‑vous qu’ils sont prêts à accepter un « non » en guise de réponse?

La Chine, qui a la plus grande population dans le monde et est maintenant le plus gros consommateur d’énergie dans le monde, est sur le point de réaliser son rêve de prospérité économique. Son économie et ses besoins énergétiques augmentent au rythme époustouflant de 20 % par an. Et pour soutenir sa croissance, elle produit la plus grande partie de son électricité grâce à sa source d’énergie la plus abondante et la moins coûteuse, c’est-à-dire le charbon. Tous les quinze jours, la Chine termine la construction d’une nouvelle centrale thermique alimentée au charbon et à ce rythme, elle brûlera bientôt à elle seule plus de combustible fossile en quelques dizaines d’année que le monde industrialisé n’en a brûlé depuis le début de la révolution industrielle il y a plus de deux siècles.

Partout dans le monde, les pays en développement s’efforcent de satisfaire leurs besoins énergétiques par tous les moyens possibles, car ils savent que leur réussite économique repose directement sur l’accès à une énergie abordable. Certains d’entre eux n’ont pas encore interdit l’utilisation de l’essence au plomb dans les voitures et les autobus, alors que ce produit a été abandonné il y a près de 40 ans par les pays industrialisés pour protéger l’environnement, mais ils ne peuvent se permettre de passer à l’essence sans plomb. Le réchauffement planétaire n’est pas une priorité dans l’esprit des gens du monde en développement. Leur priorité est plutôt d’avoir suffisamment à manger et de disposer d’un endroit chaud où dormir. Le plus triste est que nombre de ces pays seront les plus durement touchés par le réchauffement planétaire alors que jusqu’à récemment la plupart d’entre eux  ne faisaient pas partie des pollueurs. Il incombera à notre génération et aux générations à venir de veiller à ce que leurs besoins soient satisfaits d’une façon ou d’une autre sans accroître la pression sur l’environnement

Sources :

Selon les conférences données par Gwyn Dyer et John Sutherland.
Photo : NASA.
Figure 3.10 tirée de L’énergie dans le monde : le passé et les avenirs possibles, p. 46.
Canadien Energy Research Institute, L’énergie dans le monde : le passé et les avenirs possibles, 2008.