Les sources d’énergie

Il existe six formes d’énergie que l’on transforme couramment en d’autres formes pour accomplir des tâches comme chauffer nos habitations et éclairer nos rues. Il s’agit des énergies chimique, gravitationnelle, mécanique, nucléaire, électromagnétique et thermique. Toutes ces formes d’énergie ont une source. La source de l’énergie gravitationnelle peut être une chute d’eau ou l’atmosphère et celle de l’énergie nucléaire peut être le Soleil ou l’uranium. Parfois, les sources d’énergie sont également des convertisseurs énergétiques. Ainsi, en plus de convertir en énergie thermique et électromagnétique l’énergie nucléaire qu’il produit par fusion, le Soleil est aussi la source de chaleur et de lumière pour la Terre. L’énergie thermique du Soleil, qui réchauffe l’air de l’atmosphère terrestre, est transformée en énergie potentielle gravitationnelle à mesure que l’air réchauffé s’élève et en énergie mécanique à mesure que l’air se déplace sous l’effet d’éléments dynamiques ou de mouvements induits par la gravité, comme le vent. La batterie d’automobile est un autre exemple : elle transforme l’énergie chimique en énergie électrique, mais constitue également la source de l’énergie électrique requise pour propulser le véhicule.

energy1Le Canada est un pays riche en ressources naturelles, qui recèle d’immenses gisements de pétrole, de gaz, de charbon, d’uranium et de nombreux cours d’eau peuvent encore se prêter à l’aménagement de centrales hydroélectriques. Il possède aussi de nombreuses régions où l’on pourrait un jour exploiter l’énergie éolienne, solaire ou marémotrice. À l’heure actuelle, le Canada utilise les combustibles fossiles comme source d’énergie pour combler pratiquement tous ses besoins en matière de transport ainsi que les barrages hydroélectriques, les combustibles fossiles et les centrales nucléaires pour répondre à la plupart de ses besoins en électricité. Toutes ces sources d’énergie sont importantes pour le pays, car elles lui donnent un portefeuille énergétique qui lui confère une certaine flexibilité. Grâce à cette flexibilité, le Canada peut neutraliser les augmentations abruptes du prix de l’énergie, comme celles observées dans le secteur des combustibles fossiles au cours des dix dernières années. Par ailleurs, ce portefeuille assure la sécurité énergétique. Par exemple, si une sécheresse réduisait la production d’électricité par les barrages hydroélectriques, on pourrait accroître la production d’autres sources pour répondre à la demande. Le portefeuille énergétique nous donne également la souplesse requise pour fournir de l’énergie à l’endroit et au moment où c’est nécessaire. Les caractéristiques de chaque source d’énergie interagissent pour se compléter l’une l’autre. Par exemple, certaines sont mieux adaptées pour produire l’électricité de base; d’autres ne peuvent le faire, mais elles sont disponibles en période de pointe. Certaines sources sont plus mobiles que d’autres, qui sont limitées par les caractéristiques géographiques et les contraintes du transport de l’électricité. Actuellement, le pays dispose à la fois de la souplesse et de la sécurité énergétiques, mais il repense son portefeuille énergétique, à l’instar du reste de la planète, en vue de répondre à la demande future tout en tenant compte des impératifs environnementaux.

Production d’électricité au Canada en 2009

canada_pie
p1Hydraulique 63,1 %
p2Charbon 17,4 %
p3Nucléaire 14,8 %
p4Pétrole et gaz 4,1 %
p5Combustion interne et sources renouvelables 0,51 %

Si l’on prend en compte à la fois les émissions de gaz à effet de serre (à l’origine du réchauffement planétaire) et la pollution en général, laquelle de ces sources d’énergie peut produire suffisamment d’électricité pour répondre à nos besoins croissants, nous donner un air sain sans ajouter de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère? Pouvons‑nous nous permettre d’épuiser tous les combustibles fossiles à notre disposition? Devrions‑nous construire davantage de barrages sur les cours d’eau pour y aménager des centrales hydroélectriques? Avons‑nous un programme pour stocker le combustible nucléaire irradié? Les parcs d’éoliennes ou l’énergie solaire pourront‑ils produire suffisamment d’électricité pour répondre à nos besoins et peut‑on stocker temporairement l’électricité pour l’utiliser quand le vent ne souffle pas ou que le soleil ne brille pas? Ce sont des questions sur lesquelles les Canadiens doivent se pencher de façon à faire des choix éclairés pour l’avenir.