Canada

Au cours des années 1970 et 1980, périodes prolifiques pour l’industrie nucléaire canadienne, 23 réacteurs ont été construits pour une puissance totalisant plus de 15 000 MW – soit environ 20 % de la demande du Canada à l’époque. Fait intéressant, la croissance de la demande d’électricité a fortement ralenti dans les années 1990, ce qui a stoppé net la construction de toute centrale nucléaire canadienne supplémentaire. Toutefois, avec l’avènement du nouveau millénaire, l’énergie nucléaire a bénéficié d’un regain d’intérêt et d’enthousiasme, parce qu’elle offre une solution rentable et respectueuse de l’environnement aux dilemmes énergétiques actuels. Dans une conjoncture caractérisée par la fluctuation du prix du pétrole, les préoccupations  croissantes à l’égard des effets négatifs des émissions de gaz à effet de serre sur le changement climatique mondial et le doublement prévu de la consommation d’électricité dans le monde d’ici 2030, l’énergie nucléaire est de nouveau prise en compte dans l’équation énergétique de la planète. 

Centrales nucléaires canadiennes
Réacteur
Emplacement
Puissance nette (MWe)
État
Mise en exploitation
Bruce A : Tranche 1
Kincardine, en Ontario
750
En exploitation
1977
Bruce A : Tranche 2
Kincardine, en Ontario
750
En exploitation
1977
Bruce A : Tranche 3
Kincardine, en Ontario
750
En exploitation
1978
Bruce A : Tranche 4
Kincardine, en Ontario
750
En exploitation
1979
Bruce B : Tranche 1
Kincardine, en Ontario
817
En exploitation
1985
Bruce B : Tranche 2
Kincardine, en Ontario
817
En exploitation
1984
Bruce B : Tranche 3
Kincardine, en Ontario
817
En exploitation
1986
Bruce B : Tranche 4
Kincardine, en Ontario
817
En exploitation
1987
Darlington : Tranche 1
Darlington, en Ontario
881
En exploitation
1992
Darlington : Tranche 2
Darlington, en Ontario
881
En exploitation
1990
Darlington : Tranche 3
Darlington, en Ontario
881
En exploitation
1993
Darlington : Tranche 4
Darlington, en Ontario
881
En exploitation
1993
Gentilly-1
Gentilly, au Québec
250
À l’arrêt
197?
Gentilly-2
Gentilly, au Québec
675
À l’arrêt
1982
Pickering A : Tranche 1
Pickering, en Ontario
515
En exploitation
1971
Pickering A : Tranche 2
Pickering, en Ontario
515
À l’arrêt
197?
Pickering A : Tranche 3
Pickering, en Ontario
515
À l’arrêt
197?
Pickering A : Tranche 4
Pickering, en Ontario
515
En exploitation
1973
Pickering B : Tranche 1
Pickering, en Ontario
516
En exploitation
1983
Pickering B : Tranche 2
Pickering, en Ontario
516
En exploitation
1984
Pickering B : Tranche 3
Pickering, en Ontario
516
En exploitation
1985
Pickering B : Tranche 4
Pickering, en Ontario
516
En exploitation
1986
Point Lepreau
Point Lepreau, au Nouveau-Brunswick
680
En exploitation
1983

L’énergie nucléaire en Ontario

Fort de la confiance que lui a donnée le succès du réacteur de Douglas Point, Ontario Hydro (maintenant Ontario Power Generation) s’est engagé à construire quatre réacteurs CANDU à Pickering, à environ 32 km à l’est de Toronto, sur la rive du lac Ontario. Implantés à la Station A, ces réacteurs, d’une puissance de 540 MW chacun, sont entrés en service entre 1971 et 1973. Ontario Hydro a mis quatre réacteurs CANDU similaires en service au site de Pickering à la Station B, à côté de la Station A, entre 1983 et 1985. Quand ils étaient tous en exploitation, ces huit réacteurs produisaient environ deux fois plus d’électricité que la centrale hydroélectrique sir Adam Beck (2 338 MW) à Niagara Falls.

Centrale nucléaire de Bruce Power

Agrandir la carte

De l’appétit croissant de l’Ontario en électricité pendant la croissance industrielle des années 1970 et 1980 est né le besoin de construire des réacteurs nucléaires de puissance supplémentaires. Entre 1977 et 1979, Ontario Hydro a mis en service quatre réacteurs CANDU de 905 MW à la Station A du site de Bruce Nuclear Power Development, sur le lac Huron, à environ 250 km au nord-ouest de Toronto. Entre 1984 et 1987, quatre autres réacteurs CANDU de 915 MW sont entrés en service à la Station Bruce B, portant ainsi à plus de 7 000 MW la puissance combinée de l’installation. Le site de Bruce abrite la plus grande centrale nucléaire en Amérique du Nord et la deuxième du monde après une centrale japonaise.

Aujourd’hui, la centrale nucléaire Bruce est exploitée par Bruce Power, entreprise du secteur privé qui entreprend une importante réfection des réacteurs 1 et 2 de Bruce, lesquels devraient être remis en service en 2011.

Pickering Nuclear Generating Station
Centrale nucléaire Pickering.

Quatre autres réacteurs CANDU de 935 MW, dont la construction a été amorcée en 1977 pendant la période de forte demande, ont vu le jour entre 1990 et 1993 à Darlington, à environ 70 km à l’est de Toronto sur la rive du lac Ontario. La construction de Darlington a connu des retards et plusieurs démarrages et arrêts en raison de différents facteurs, notamment l’ingérence politique des trois administrations publiques de l’Ontario. Une fois en service, la centrale Darlington a fourni à l’Ontario une puissance supplémentaire de 3 740 MW. En 2009, l’énergie nucléaire généré 55,2% de l’énergie de l’Ontario.

Darlington Nuclear Generating Station
Centrale nucléaire Darlington.

En 2008, le gouvernement de l’Ontario a donné le feu vert à la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires sur le site de Darlington. Le 29 Juin 2009, le gouvernement de l’Ontario a suspendu le processus de demande de propositions, mais le processus fédéral d’approbation pour le projet de réacteur se poursuit. Darlington est prévu d’obtenir deux nouveaux réacteurs en ligne en 2018.

L’énergie nucléaire au Québec

En 1971, Gentilly-1, prototype de réacteur de 250 MW, est entré en service près de Trois-Rivières, sur la rive sud du Saint-Laurent. Construit par Énergie atomique du Canada limitée (EACL, maintenant Laboratoires Nucléaires Canadiens), qui en est le propriétaire, mais exploité par le personnel d’Hydro-Québec, le réacteur a connu des problèmes de conception et d’exploitation et ne s’est pas révélé économique. Il a été mis hors service en 1979. Le Québec compte une seule centrale nucléaire en exploitation : Gentilly-2, qui appartient à Hydro-Québec. Équipée d’un réacteur CANDU 6 de 675 MW, la centrale a été construite sur le même site que Gentilly-1 et son exploitation commerciale a débuté en 1983.

Gentilly-2

Agrandir la carte


L’énergie nucléaire au Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick a été la troisième province canadienne à produire de l’électricité à partir d’énergie nucléaire. En 1983, un réacteur CANDU 6 de 680 MW est entré en service à Point Lepreau, dans la baie de Fundy. La centrale de Point Lepreau, qui compte un seul réacteur, peut produire près du tiers de l’électricité du Nouveau-Brunswick, où la population est bien moins nombreuse qu’en Ontario ou au Québec. Le réacteur de Point Lepreau, dont la réfection a débuté en mars 2008, devrait être remis en service en 2011.

Dans leur ensemble, les réacteurs CANDU ont été parmi les plus performants du monde. La capacité de chargement en marche permet de réduire le temps d’arrêt par rapport aux réacteurs àeau légère (REL). Les réacteurs des générations précédentes fonctionnent généralement à 80 % de leur capacité, tandis que les REL plus anciens étaient généralement à l’arrêt la moitié du temps pour des raisons d’entretien ou d’alimentation en combustible. Pour la toute dernière génération de réacteurs CANDU, on prévoit un coefficient de production de 90 %; toutefois, les REL améliorés ont un coefficient de production similaire.

Centrale Point Lepreau

Agrandir la carte