Des atomes pour la paix et l’IAEA

STAMP
Timbre-poste des Atomes pour la paix.

Dans son discours historique « Des atomes pour la paix » prononcé en décembre 1953 devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le président des États-Unis Dwight D. Eisenhower promettait que les États-Unis assumeraient la responsabilité de leurs actes antérieurs, actuels et futurs dans le domaine nucléaire. Commentant la décision prise huit ans auparavant pendant la guerre d’utiliser l’arsenal nucléaire pour bombarder les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki, Eisenhower fit le serment que son pays concentrerait désormais ses efforts et son ardeur à trouver des moyens novateurs d’exploiter l’énorme potentiel de l’énergie atomique à des fins pacifiques et constructives. Dans son discours, considéré par nombre d’observateurs comme un point tournant, il exhortait la communauté internationale à donner la priorité aux utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire et encourageait les dirigeants des pays alliés à lui emboîter le pas dans sa quête en vue de changer le cours de l’histoire atomique.

Dans ce discours, le président Eisenhower envisageait la création d’un organe international ayant la responsabilité de promouvoir et de contrôler l’utilisation pacifique de l’énergie atomique et d’empêcher son utilisation à des fins militaires. Quatre années plus tard, en juillet 1957, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) voyait le jour. Établie à Vienne, en Autriche, cette organisation a pour mission d’assurer le développement sûr et durable de la science et de la technologie nucléaires dans les domaines de l’énergie, de l’environnement, de la santé et de l’agriculture.

Le gouvernement canadien et l’industrie canadienne ont appuyé activement les programmes et initiatives de l’AIEA et y ont joué un rôle actif depuis sa création. Par exemple, le Canada a été un fervent défenseur du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires de l’Agence et il a consenti un important financement en faveur du Partenariat mondial contre la prolifération des armes de destruction massive et des matières connexes. En tant que chef de file mondial de la recherche, du développement et de l’application de technologies nucléaires dans les domaines de la médecine et de la production d’électricité, le Canada a embrassé la vision de l’AIEA, qui est d’exploiter le potentiel de l’énergie atomique pour le bien de l’humanité.

Dwight D. Eisenhower, « Des atomes pour la paix »
Discours prononcé le 8 décembre 1953 devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

Cliquer ici pour la transcription en PDF.

Source :

Excerpted from Roehrlich, Elisabeth.Department of Contemporary History, University of Vienna,
http://www.iaea.org/newscenter/multimedia/videos/atoms-peace-speech.