Ernest Rutherford

Ernest RutherfordErnest Rutherford (1871-1937)
Le prix Nobel de chimie en 1908

Ernest Rutherford, physicien britannique, il fut lauréat du prix Nobel pour ses travaux en physique nucléaire et pour sa théorie relative à la structure de l’atome.

Rutherford naquit en août 1871 à Nelson, en Nouvelle-Zélande, et fit ses études à l’université de Nouvelle-Zélande, puis à celle de Cambridge. Il enseigna la physique à l’université McGill de Montréal, au Québec, de 1898 à 1907, et à l’université de Manchester, en Angleterre, pendant les douze années qui suivirent. À partir de 1919, il fut professeur de physique expérimentale et directeur du laboratoire Cavendish, à l’université de Cambridge. Il occupa également une chaire de professeur, à partir de 1920, à l’Institution royale de Grande-Bretagne, à Londres.

Rutherford fut l’un des premiers et des plus importants chercheurs dans le domaine de la physique nucléaire. Peu de temps après la découverte de la radioactivité, en 1896, par le physicien français Henri Becquerel, Rutherford identifia les trois composants principaux du rayonnement, qu’il baptisa respectivement rayonnements alpha, bêta et gamma. Il montra également que les particules alpha étaient en fait des noyaux d’hélium. Son étude du rayonnement le conduisit à élaborer une théorie de la structure atomique. Il fut ainsi le premier à décrire l’atome comme un noyau dense autour duquel gravitent des électrons.

En 1919, Rutherford fit une expérience importante en physique nucléaire : en bombardant de l’azote gazeux avec des rayons alpha du radium, il obtint la formation d’atomes d’un isotope de l’oxygène et de protons. Cette transformation de l’azote en oxygène fut la première transmutation artificielle. Ce résultat suscita le démarrage de recherches intensives sur d’autres transformations nucléaires et sur la nature et les propriétés du rayonnement. Rutherford et le physicien anglais Frederick Soddy proposèrent une explication de la radioactivité toujours en vigueur aujourd’hui.

En 1903, Rutherford fut élu membre de la Royal Society de Londres, dont il assura la présidence de 1925 à 1930. C’est en 1908 qu’il reçut le prix Nobel de chimie. Il fut nommé à l’ordre des chevaliers en 1914, et baron en 1931. Il mourut à Londres en octobre 1937, et fut enterré à l’abbaye de Westminster. Parmi ses ouvrages, il faut citer Radioactivité (1904) et Rayonnement de substances radioactives (1930), qu’il écrivit avec les physiciens James Chadwick et Charles Drummond Ellis, et qui sont devenus des classiques en la matière, mais aussi La Nouvelle Alchimie (1937).

Source :

Nobel Lectures, Chemistry 1901-1921, Elsevier Publishing Company, Amsterdam, 1966.