Irène Curie

Irene CurieIrène Curie (1897-1956)

Irène Curie est née le 12 septembre 1897 à Paris. Fille des physiciens Pierre et Marie Curie, elle fait ses études à la faculté des sciences de Paris et, à partir de 1918, devient l’assistante de sa mère à l’Institut du radium à Paris (rebaptisé Institut Curie en 1970).

Jean Frédéric Joliot, né le 19 mars 1900 à Paris, fait ses études à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles et à la faculté des sciences de Paris. Assistant lui aussi à l’Institut du radium, il rencontre Irène Curie, avec laquelle il se marie en 1926. Ils travaillent ensuite ensemble, constituant la fameuse équipe Joliot-Curie, et se spécialisent en physique nucléaire.

En 1934, ils découvrent la radioactivité artificielle. En bombardant avec des particules alpha des atomes de bore, d’aluminium et de magnésium, ils obtiennent des isotopes de l’azote, du phosphore, du silicium et de l’aluminium, qui se désintègrent en émettant des électrons positifs (ou positrons) ou négatifs. C’est pour cette découverte qu’ils reçoivent le prix Nobel de chimie en 1935.

En 1936, alors que les femmes n’ont pas encore le droit de vote en France, Irène Joliot-Curie est nommée sous-secrétaire d’État à la recherche scientifique dans le gouvernement du Front populaire. Elle assume ce poste pendant quelques mois, puis le cède à Jean Baptiste Perrin pour se consacrer à ses recherches et à l’enseignement. En 1937, elle devient professeur à la faculté des sciences de Paris, puis directrice de l’Institut du radium en 1946. Parallèlement, elle participe à la création du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) en 1945. Elle y occupe la fonction de commissaire pendant six ans. En 1939, elle reçoit le titre honorifique d’officier de la Légion d’honneur et de nombreuses autres décorations pour ses contributions à la physique nucléaire. Elle meurt en mars 1956, victime d’une leucémie provoquée par une surexposition aux rayonnements radioactifs.

Frédéric Joliot-Curie est nommé professeur de physique au Collège de France et directeur du Laboratoire de physique atomique d’Ivry, en 1937. Pendant l’occupation allemande, au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est président du Front national, mouvement secret de résistance des cercles universitaires parisiens, et adhère au Parti communiste. Après une année passée à la tête du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1945, Frédéric Joliot-Curie devient le premier haut-commissaire chargé de l’énergie nucléaire en France. Il participe notamment à l’élaboration de la première pile atomique française, baptisée Zoé, mise au point au CEA. Il est congédié de son poste en 1950 pour avoir déclaré qu’aucun scientifique progressiste ne participerait, par la transmission de ses connaissances scientifiques, à une guerre contre l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS). Il conserve cependant la direction de ses laboratoires et est élu président du Conseil mondial de la paix en 1949. En 1956, il succède à sa femme au poste de directeur de l’Institut du radium. Il meurt en août 1958, en préparant la mise en service de l’Institut de physique nucléaire d’Orsay.

Source :

MSN Encarta.