John Douglas Cockcroft

John Douglas CockcroftJohn Douglas Cockcroft (1897-1967)

John Douglas Cockcroft né à Todmorden (Yorkshire), Cockcroft fait ses études à l’université de Manchester et au collège Saint John, à Cambridge. En 1928, il devient membre du collège Saint John, poste qu’il occupe jusqu’en 1946. En 1932, Cockcroft et Ernest Thomas Sinton Walton, un autre physicien britannique, sont les premiers à désintégrer un noyau atomique à l’aide de particules accélérées artificiellement. Ils utilisent un accélérateur de particules qu’ils ont développé, l’accélérateur de Cockcroft-Walton, pour bombarder des atomes de lithium avec des protons. Certains atomes de lithium absorbent un proton, se désintégrant en deux atomes d’hélium. L’accélérateur de Cockcroft-Walton devient alors un important outil expérimental dans les laboratoires du monde entier.

De 1941 à 1944, Cockcroft est directeur en chef de l’Établissement britannique de recherche et de développement pour la défense aérienne. De 1944 à 1946, il est directeur de la division de l’énergie atomique du Conseil national de recherche canadien. Ses travaux, dans le domaine nucléaire, sur le lithium et l’hydrogène ont été d’une grande importance pour le développement de la bombe à hydrogène. Il a partagé avec Walton, en 1951, le prix Nobel de physique.

Source :

Nobel Lectures, Physics 1942-1962, Elsevier Publishing Company, Amsterdam, 1964.