Wilhelm Conrad Röntgen

Wilhelm Conrad RöntgenWilhelm Conrad Röntgen (1845-1923)
Le prix Nobel de physique en 1901

Wilhelm Conrad Röntgen, physicien allemand, lauréat du premier prix Nobel (1901), pour sa découverte des rayons X, dont les applications en médecine (radiographie) ont été immédiates.

Né à Lennep, près de Düsseldorf (Allemagne), Röntgen entreprend des études secondaires à Utrecht, mais le diplôme de fin d’études lui est refusé en raison d’un différend d’ordre personnel avec un enseignant. Ce fait l’empêche de poursuivre ses études à l’université, ce qui le conduit à se présenter à l’examen d’entrée de l’école polytechnique de Zurich, examen qui se substitue au diplôme de fin d’études secondaires. Après une formation d’ingénieur, il obtient son doctorat à Zurich en 1869, avec une spécialisation en thermodynamique. Il occupe son premier poste d’enseignant à Hohenheim (1875), poste qu’il quitte rapidement pour devenir professeur de physique à Strasbourg (1876), puis à Giessen (1879), Würzburg (1888) et enfin Munich (1899). Il se marie en 1872 avec Anna Bertha Ludwig et adopte un enfant, Josephina. À la fin de sa vie, Röntgen se retire de la vie publique, affecté par des rumeurs malveillantes à son égard. Il meurt en 1923 d’un carcinome du rectum. En exécution de son testament, la plupart de ses écrits scientifiques ont été brûlés.

L’œuvre majeure de Röntgen est la découverte des rayons X. En 1895, alors qu’il travaille sur un tube de Crookes (tube à vide qui devient fluorescent lorsqu’on fait passer un courant à haute tension entre une électrode positive et une électrode négative), il met en évidence l’existence d’un rayonnement, qui persiste même lorsque le tube est totalement entouré d’un épais carton noir, et qui produit une image fluorescente du tube sur un écran de platine. Un nouveau type de radiations est ainsi découvert, rayons qui traversent la plupart des substances. Röntgen étudie avec une rigueur exemplaire les caractéristiques de ces nouveaux rayons, rayons X (appelés aussi rayons Röntgen en allemand). Dès 1895, une communication scientifique est soumise à la Société physico-médicale de Würzburg (« Über eine neue Art von Strahlen », « Sur un nouveau type de radiations »), suivie d’une présentation publique. L’engouement qui s’ensuit au sein de la communauté scientifique est tel que les premières radiographies médicales sont entreprises dès février 1896. Pour cette découverte, Röntgen reçoit en 1901 le prix Nobel. Il se refuse pourtant fermement à déposer quelque brevet que ce soit et rejette toutes les offres commerciales qui lui sont faites concernant l’utilisation des rayons X.

La solide réputation d’expérimentateur de Röntgen est établie dès son passage à Strasbourg, où il réalise d’importants travaux de recherche. À Giessen, en 1885, Röntgen parvient à mettre en évidence expérimentalement les courants de déplacement prévus théoriquement par les équations de Maxwell. Cependant les rayons X restent le sujet le plus significatif de ses recherches. À l’annonce de leur découverte, de nombreux laboratoires engagent des recherches, mais le travail de Röntgen est si exhaustif qu’il faut attendre 1905 et Charles Barkla (prix Nobel 1917), pour obtenir des informations nouvelles sur les rayons X. L’importance fondamentale des rayons X ne s’est pas démentie depuis et les travaux qu’ils ont suscités ont été récompensés par treize prix Nobel.

Source :

MSN Encarta.